jeudi 3 avril 2014

Les 4, 5 et 6 avril on se mobilise avec le SIDACTION...

Cette année le Sidaction a invité les blogueurs et blogueuses qui le souhaitent à faire du bruit avec eux pour cette cause. N'étant pas une spécialiste il ne me serait pas venue à l'esprit d'écrire un billet à ce sujet de moi-même, et puis finalement pourquoi pas...ça permettrait d'aborder le sujet sous des abords complètement différents, pas forcément médicaux, et puis si ça peut diffuser l'information massivement alors ce sera une petite victoire face à ce fléau...

Je fais partie d'une génération qui n'est pas née avec le Sida, mais qui a toujours du faire "avec" dans sa vie sexuelle. J'étais très jeune lorsque j'ai entendu parler de cette "maladie" pour la 1ère fois, et je me rappelle que c'était via les pubs TV de l'époque "Il ne passera pas par moi", avec des hommes, des femmes, des jeunes et moins jeunes qui brisaient une grosse ligne rouge qui traversait l'écran...voilà la 1ère image que j'ai eu du SIDA.

Et puis on ne savait pas trop de quoi il s'agissait, en même temps quand une info est relayée par les médias "classiques et populaires" on ne nous informe pas vraiment, et puis c'était nouveau, on découvrait ce virus et ses conséquences...

Je me rappelle aussi que le SIDA c'était la maladie des "Homos", des "PD", les autres ne pouvaient pas l'attraper...

Je me rappelle l'histoire honteuse du sang contaminé, une amie a perdu son grand-père suite à une transfusion sanguine...pendant des années on parlait d'hépatite avant de lâcher le mot SIDA, et puis hépatite ça faisait moins flipper les gens que le SIDA...

Je me rappelle qu'un ex de mon oncle, que j'adorais, en est mort...

Je me rappelle avoir fait mon 1er dépistage dans un hôpital après m'être faite tatouer sans avoir bien vérifier que l'aiguille était neuve ou du moins stérile...

Je me rappelle que quand une histoire devenait sérieuse avec un garçon le passage obligatoire c'était le fameux TEST pour être sûr (même si au final on n'est jamais sûr)...

Je me rappelle ce soir où mon compagnon d'un soir n'avait pas de capote...il était clair pour moi que ça n'irait pas plus loin...

Le Sida c'est un peu tout ça, ce qu'on en entend dans les médias, autour de nous...

Aujourd'hui j'ai l'impression que l'on pense que ça y est, que le SIDA c'est du "passé", qu'aujourd'hui on vit très bien avec, que l'on n'en meurt plus...

D'immenses progrès ont été faits depuis sa découverte, et on peut vivre avec aujourd'hui, mais à quel prix...

Oui on peut vivre avec mais à condition de suivre un traitement lourd et quotidien...

On peut vivre avec, mais on n'est plus libre de son corps...

On peut vivre avec si on en a les moyens...combien meurt aujourd'hui encore du SIDA car ils n'ont pas l'accès à ces soins spécifiques et coûteux...

Alors oui, on peut vivre avec, mais le combat est loin d'être fini...et c'est pour ça que l'on a besoin de vous, de moi et de tout le monde pour continuer à faire progresser la recherche...

Rallions-nous au SIDACTION les 4, 5 et 6 avril prochain, et participons à faire de ce fléau un mauvais souvenir...

Plus d'infos également sur leur page FB...


LE SIDACTION VIT GRACE AUX DONS, SI CA VOUS DIT C'EST ICI...



4 commentaires:

  1. C'est devenu banal le sida ...
    Les jeunes semblent moins bien se protéger qu'il y a quelques années
    Il y a encore beaucoup à faire !!!!

    RépondreSupprimer
  2. Je suis tout à fait d'accord avec toi. J'ai l'impression qu'on en parle moins, c'est moins médiatisé, sauf pendant le Sidaction, mais du coup c'est seulement quelques jours par an...
    Il reste à espérer que les parents fassent leur job auprès de leurs enfants, mais malheureusement je ne pense pas que cela fasse parti des conversations le soir au dîner...
    Le Virus est toujours là, toujours aussi mortel, mais j'ai l'impression qu'il est banalisé, oublié...

    Comme tu dis il reste beaucoup à faire pour sensibiliser nos jeunes à ce danger...et parfois même les moins jeunes...

    RépondreSupprimer
  3. J'arrive un peu en retard mais c'est juste pour corriger un point : On ne vit pas avec le sida, quoi que l'on fasse si l'on est dépisté comme étant seropositif on est condamné et ce, quelques soient les progrès, ces lourds traitements couteux ne font que retarder l'échéance de quelques mois ou quelques années si on a de la chance ..
    En tout cas bravo pour ce post, c'est vrai que de nord jours on entend plus trop parler de tout ça :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour la correction...tu as parfaitement raison ;-)

      Supprimer